À propos de ce blog

Le palmier à huile, originaire de presque tous les pays d’Afrique occidentale et centrale, est une culture traditionnelle pour les populations de ces régions, qui le plantent dans leurs terres ou qui récoltent les fruits, les feuilles ou la sève des palmiers sauvages pour les utiliser dans leur vie quotidienne, qu’il s’agisse de fabriquer sur place de l’huile de palme pour leur propre consommation, ou pour le vendre dans les marchés locaux, ou pour produire du vin de palme. Le palmier à huile fait partie de leur culture.

Pourtant, ces dernières années les choses ont commencé à changer. En raison surtout de la demande internationale d’huile de palme et, plus récemment, d’agrocarburants, les communautés africaines voient se multiplier les plantations de palmiers à huile appartenant à des entreprises qui en couvrent de vastes étendues avec l’accord des gouvernements. Cela n’arrive pas seulement dans les pays d’Afrique occidentale et centrale : on constate la même tendance dans quelques régions d’Afrique orientale.

Les grandes plantations de palmiers à huile ont déjà de graves répercussions écologiques et sociales dans certains pays, où les communautés voient s’amoindrir leurs droits territoriaux.

En août 2010, le Mouvement pour les forêts tropicales a publié sur son blog une série d’articles destinés à être commentés. Après avoir reçu plusieurs commentaires, tous ces articles ont été actualisés et ils ont été publiés sous forme de livre.

Le livre « Le palmier à huile en Afrique : le passé, le présent et l’avenir » contient une introduction générale au problème du palmier à huile en Afrique, suivie d’informations spécifiques sur les vingt-trois pays étudiés dans le cadre de cette recherche.

Il a été traduit entièrement en anglais et en français.

La version en anglais est disponible à l’adresse : http://wrm.org.uy/countries/Africa/Oil_Palm_in_Africa.pdf.

La version en français est disponible à l’adresse : http://wrm.org.uy/countries/Africa/Palmier_a_huile_en_Afrique.pdf.

Néanmoins, sur le blog actuel nous avons laissé les versions définitives des articles dans la langue « officielle » des pays en question.

Nous espérons que ce travail aidera les communautés déjà touchées ou visées par des projets de plantations de palmier à huile à défendre leurs territoires et leurs moyens d’existence que les grandes entreprises mettent aujourd’hui en danger avec l’appui des gouvernements.

Du moment que nous prévoyons d’actualiser périodiquement ce livre, nous encourageons ses lecteurs et ceux du blog à nous faire parvenir toute nouvelle information à prendre en compte.

Finalement, nous invitons nos lecteurs à visiter la section spéciale du site du WRM, « Le palmier à huile en Afrique », où ils trouveront des informations supplémentaires à ce sujet.

2 Responses to À propos de ce blog

  1. Dr. MBOG DIeudonné Marius says:

    Hier la culture du palmier à huile en Afrique a fait rever beaucoup d’africains qui consacrent leurs moyens dans cette activité. Aujourd’hui certaines personnes comprennent le bien fondé de ne plus y investir dans cette culture, puisqu’ils n’avaient pas d’unformations sur les effets néfaste de cette activité. Le développement du palmier à huile en Afrique pourra créer de grands conflits entre paysans du fait que cette dernière laisse de vastes superficies improductives qui pourront engendrer la pauvreté et le manque à gagner au sein des menages paysans. Mettons l’information viable le plus vite possible auprès des paysans pour endiguer ce phénomène.

    • AKA felicien says:

      Je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi, chez moi, dans mon village, les paysans sont contents de travailler dans des plantations, les revenus de ma famille et d’autres ont augmenté et les conditions de vie sont meilleures; ceci dit je ne conteste pas les effets devasteurs des plantations pour l’environnement si on n’y prend pas garde ni les problemes liés au foncier. Mais qu’un pehnomene à endiguer, je parlerai d’un phenomene à encadrer: il faut encourager le developpement de ctte filiere car el palmier à huile est un facteru de developpement parfait pour l’Afrique: il requiert de grandes superficies dont nous disposons (et là je parle d’anciennes friches non reconverties), il ne peute tree xporté tel quel donc il impose une industrialisation du pays producteur (pour une fois nous exporterons un produit fini et non une matiere premiere), il peut aider à lutter contre l’insecurité alimentaire dont souffre l’Afrique etc etc. A quand une certification africaine? C’est dnas cette voie qu’il faut nous engager!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s